Zévaluons et ron et ron petit patapon...

Si vous enseignez en CP, en CE1, en sixième ou en seconde, statistiquement, une part significative de vos batteries laborieusement rechargées pendant les vacances d'été a été consommée à l'occasion des zévaluations nationales de début d'année.

Le truc, c'est que les zenseignants qui n'ont pas eu cette chance de passer par la case zévaluations nationales doivent se sentir légèrement sur la touche - pour ne pas dire légèrement envieux - des happy few, dont je fais partie, qui ont vécu quelques semaines comme cul et chemise avec leurs paquets de livrets de zévaluation.

DONC, afin de mutualiser cette source inépuisablement stimulante d'épanouissement je vous propose de vous raconter comment se déroulent ces zévaluations et ce qu'elles m'ont apporté sur le plan tant humain que professionnel.

Et pour ce faire, quoi de mieux qu'une petite sélection de gifs de chat ? Hein ? Je vous demande ?


ZEVALUONS ET RON ET RON PETIT PATAPON...

 

Quand j'étais excitée comme une puce en recevant mes paquets de livrets pour les zévaluations (attention : cette déclaration a un fort potentiel mensonger) :


De bons petits soldats ?

Pour des raisons qui m'échappent, dans un imaginaire collectif, le fait d'être enseignants donc d'appartenir à la Fonction publique devrait faire de nous de sages exécutants ne discutant jamais une consigne hiérarchique.

Or dans la réalité, existe t'il fonction plus indisciplinée et plus rétive à l'autoritarisme que celle de professeur ?

Aujourd'hui, je vous propose donc de réfléchir ensemble à cette question hautement philosophique :

ET SI, EN VRAI DE VRAI, NOUS ETIONS DE BONS PETITS SOLDATS ?

 



Quand tu as expliqué de façon détaillée un exercice à tes zapprenants, demandé plusieurs fois s'il y avait des questions, et qu'une fois tout le monde au travail, la petite Mary-Smecta demande "Maitresse, qu'est-ce qu'il faut faiiiiiiiire ???"...

 

...et que tu sens monter en toi une pointe, ô si légère, d'agacement...

Kampfkunstlehrer oder Drill-Sergant?